La fraiseuse se présente comme étant une machine-outil utilisée pour faire des opérations d’usinage en utilisant une fraise. Elle peut être également équipée d’un foret, d’un taraud et d’un alésoir pour faire des opérations de perçage ou de taraudage. Cette machine est assez facile à manier une fois qu’on a compris son processus de fonctionnement. Cet article tentera de présenter un peu plus ce système de fonctionnement des fraiseuses.

Les différents types de fraiseuses.

Il existe différentes types de fraiseuses utilisées pour toutes sortes de travaux d’usinages. On distingue des fraiseuses manuelles. C’est une machine qui commande les différents mouvements et les différents réglages de ce type de fraiseuse. Ensuite, il y a les fraiseuses par apprentissage qui a la capacité de mémoriser les mouvements effectués par l’opérateur pour les reproduire après. Après, on a la fraiseuse à commande numérique (CNC). Cette fraiseuse est dotée d’un organe de contrôle informatique qui enregistre toutes les ordres susceptibles d’être utilisées pour usiner des pièces. Ce type de fraiseuse est entièrement automatisé et arrive à effectuer tout seul tout le travail une fois que les commandes soient enregistrées. Après, il y a la fraiseuse à banc ou la fraiseuse à portique. Elles sont spécialement utilisés pour usiner des pièces d’une dimension moyennement et très grandes.

A lire aussi : Qu’est ce qu’un aérographe ?

Les étapes du bon fonctionnement d’une fraiseuse.

Avant d’entamer le fonctionnement d’une fraiseuse, ci-après les caractéristiques principales de cette dernière. D’abord, il y a les courses X, Y et Z exprimées en mm qui correspondent à l’amplitude du mouvement de la table en fonction des directions choisies: X en longitudinale, Y en transversale et Z en verticale. Il y a après la surface de la table qui doit être similaire aux dimensions de cette dernière. Ensuite, il y a la vitesse de la broche qui permet de savoir le nombre de rotations par minute effectuée par la broche. Après, on distingue la puissance de la broche exprimée en kW ou en CV. Elle est réglable en fonction de la dureté des matériaux à usiner. Puis, vint le cône de broche sur laquelle dépend la vitesse de rotation souhaitée, la précision voulue et la puissance de coupe dont on a besoin. Voir également le site optimachines.com. Il existe une multitude de cône de broche. A savoir, il y a ISO 14, ISO 50, HSK 40,SK 40 etc. Puis, il y a la commande de vitesse avance rapide X,Y ou exprimée en mm par minutes. Il faut commencer par serrer la pièce à usiner dans l’étau. Le site web la-bonne-fraiseuse.com vous permet de comparer les meilleurs modèles de fraiseuse du moment. Ensuite, doit être visé sur à l’aide des rainures en T avant d’être serré sur la table qui elle, peut être déplacée automatiquement ou manuellement suivant les axes X, Y et Z. Puis, il faut fixer un cône de broche sur la fraise. Cette nouvelle pièce est alors vissée sur la broche.Un moteur électrique indépendant entraîne en rotation la broche.